•  

    SONNET                                                                                                

     Ce sonnet a obtenu le premier prix 2015 de l'Académie Octaède, dont on connaît l'exigence.

     

                                           URANIE *           

     

                       Le poète, rêveur, pour  chanter l’éphémère,

                       Cisèle la tristesse et la met en chanson, 

                       Avec la fleur, l’oiseau, recherche l’unisson

                       Et fait naitre, irréelle, une douce chimère.

     

                       L’astronomie éloigne un peu de Terre-Mère !

                       Ce fol aède, ô Muse, innocent limaçon

                       Qui perçoit le cosmos à travers un frisson,

                       Ignore la science en préférant Homère.

     

                       Afin de vous connaître, est-il bon de s’ouvrir,

                       Même si la magie alors peut se flétrir, 

                       Et percer les secrets de l’éternelle voûte ?

     

                       L’immensité rejoint le ciel des troubadours,

                       Dont les vers enflammés, magnifiant le doute

                       Enchantent, de leur luth, nos terrestres amours.                              

     

                                               Mireille TURELLO-VILBONNET

     

    * Muse de l’Astronomie

     

     


    votre commentaire
  •  

    LE 17 JUIN À SORÈZE

     
     
    Nous avons partagé ce 14 juin les "Frissons de Vie" que nous a offerts Anne-Marie Vergnes,
    empreints de toute sa sensibilité.
    Nous étions une douzaine d'âmes-soeurs qui avons  rendu un hommage chaleureux à la Poésie,
    et à l'Amour, non sans quelques brins d'humour, pour le plaisir de chacun.
     
     
     
     

    LE 17 JUIN À SORÈZE

     

    LE 17 JUIN À SORÈZE

     
     
     
     
    Ainsi Monique Lucat a-t-elle choisi les mots d'Aline Muscianisi pour rendre "Hommage à Mandela",
    et "Terre des Hommes et Humanité" d'Anne-Marie
    Catherine Delefortrie-Esquevin ceux de Jacqueline Escorihuela dans "Rebellion de plume"   ; 
    de Daniel Gros-Circan : "Cailloux blancs, cailloux noirs" ; 
    de Danièle Barthès : "Devoir de sciences naturelles" ;
     
     
     

    LE 17 JUIN À SORÈZE

      LE 17 JUIN À SORÈZE
     
     
     
    Jacques le Coadou le "Vieil organiste"  de Roland-Pierre Huguet ;
    Roland Gourdon a choisi le poèmes de Gérard Laglenne  à la conclusion pleine d'espérance : "Il n'est jamais trop tard pour vivre un bel amour"
    et "L'initiation" de Chantal Bernard.
    Enfin, Bernard Feigna a choisi la "Plume au vent" de la jeune poète Clarisse Anastase.
     
     
     
     
     

    LE 17 JUIN À SORÈZE

     

    LE 17 JUIN À SORÈZE

     
     
    Pierre Gabarra nous a présenté quelques-uns de ses poèmes et expliqué à nos amis  (photo à l'appui !) ce qu'étaient les "bouts rimés"
     
    Quant à moi, "Comme un vertige", extrait de "La Voyageuse" et  "Parfums"
    Le morceau d'anthologie : "Le baiser dantesque" de Roger Arago, dit par Anne-Marie assisté de Jacques le Coadou,
    en la présence de Monsieur le maire de Sorèze.
     
    En un mot, un après-midi d'émotions et de rires à fleur d'âme.
     
                                       
    Texte et photos: Roselyne Morandi
     

     


    2 commentaires
  •  

    Ce mercredi 17 juin, dernière réunion avant la pause estivale.

    Il en ressort

    • quelques projets pour le prochain Printemps des poètes - à préciser et à confirmer;
    • le rappel de la date butoir (31 décembre 2015) pour envoyer les textes destinés à notre recueil collectif 2016 (voir ci-dessous);
    • un bilan mitigé du concours 2015: quantité, certes; qualité?...; regret que la section réservée aux jeunes poètes ait disparu;
    • la date - samedi 10 octobre - et le lieu - Grand Hôtel d'Orléans, 72 rue Bayard, Toulouse - du congrès régional au cours duquel se fera la remise des prix; des précisions supplémentaires seront envoyées avec le palmarès; notez déjà que cet hôtel restaurant est tout près de la gare et qu'il offre un prix attractif pour une nuitée avec petit déjeuner offert à ceux qui se réclameront du "groupe SPAF";
    • une interrogation sur le pourcentage des cotisations reversé au niveau national;
    • notre participation à la journée "portes ouvertes" du centre Bellegarde le samedi 5 septembre, de 14 à 17h, et le renouvellement de la demande de salle;
    • la satisfaction en ce qui concerne le récital donné à l'EHPAD de Montech (82) et le Dimanche en poésie à Sorèze (81).

    votre commentaire
  • Société des POÈTES & ARTISTES de France - Midi-Pyrénées

    Concours de poésie 2015

    Palmarès

    RECUEIL

    GRAND PRIX JEAN-LOUIS LACROIX Montmorot (39570)

    « D’un monde à l’autre »

    2ème Prix DOMINIQUE SIMONET La Flèche (72200)

    « Les lignes de ma vie »     

    (Sur 7 œuvres présentées).

     

    SONNET

    Un seul prix décerné JACQUES LARROCHE Toulouse (31500)

    « Déchéance »

    (Sur 45 textes présentés).

     

    CLASSIQUE FORMES FIXES

    1er Prix CHRISTIANE ROLLAND Martigues (13500)

    « Apprentissage »

    2ème Prix YVONNE NAVE Eaunes (31600)

    « La chance »

    « Ballade des Temps modernes »

    1ère Mention BERNADETTE ARNAUD Le Teil (07401)

    « Dans les sous-bois »

    2ème Mention GÉRARD MULLER Escalquens (31750)

    « Mes illusions perdues »

     

    Également citée ALICE DEVERRE Poitiers (86000)

    « Hiver en Auvergne »

    (Sur 29 textes présentés).

     

    CLASSIQUE FORMES NON FIXES

    1er Prix FRÉDÉRIC ROCHE Oraison (04700)

    « Le rêve fracassé »

    2ème Prix JACQUES LARROCHE Toulouse (31500)

    « Collectionneur de mots »

    « Autre tour de Babel »

    1ère Mention SÉBASTIEN MAYOT St-Étienne (42000)

    « La barque du rêveur »

    2ème Mention DOMINIQUE KIRCHNER Fourquevaux (31450)

    « Hommage aux mages de la prosodie »

     

    Également cités :

    PIERRE COELLO St-Gervais s/Mare (34610)

    « L’andalou »

    YVONNE NAVE Eaunes (31600)

    « La douleur et Au creux de la vague »

    VENDICO CAPACCI Vence (06140)

    « Souvenir »

    GÉRARD MULLER Escalquens (31750)

    « Longtemps sous le soleil »

    ALICE DEVERRE Poitiers (86000)

    « Le vieux moulin et Sapins de mon enfance »

    (Sur 39 textes présentés).

     

    NÉO-CLASSIQUE

    1er Prix YVONNE NAVE Eaunes (31600)

    « Seul sur la route »

    2ème Prix PIERRE COELLO St-Gervais s/Mare (34610)

    « Entretien d’embauche »

    1ère Mention GUY VIEILFAUT Croissy-Beaubourg (77183)

    « Renouveau »

    2ème Mention MARC LACAY St-Pé-de-Bigorre (65270)

    « Je rêve à ces trésors »

    (Sur 56 textes présentés).

     

    POÉSIE LIBÉRÉE

    1er Prix ANNIE SAULO Fabrègues (34690)

    « L’envolée d’un feuille »

    2ème Prix DOMINIQUE SIMONET La Flèche (72200)

    « L’éternité de la poésie »

    1ère Mention JACQUELINE TOURNIER Toulouse (31000)

    « Feu follet et Aventuriers »

    2ème Mention PIERRE COELLO St-Gervais s/Mare (34610)

    « Mon cœur en automne »

     

    Également citée DANIELLE BARTHES Ciboure (64500)

    « Maison d’enfance »

    (Sur 53 textes présentés).

    CONTE - Non décerné !

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    JUIN 2015 : LUMIÈRE(S)

     

     

     

     

     

     DUNES

     

                                       Aux sèves d’ambre et d’or des oasis de lumière,

                Lovés au creux de vos silences,

                Vos corps de sel aux embruns d’ocres et de feu,

                Chair pulpeuse de fruit mûr,

                Frissonnent vers l’impalpable du rêve

                Sous la harpe étoilée des vents bleus du désert.

                Et vos souffles, jusqu’aux arômes du temps,

          Sous les mantes rougeoyantes des ciels d’été

          Essaiment les goûts sauvages de l’écume enlisée.

                Aux laines vives des manteaux d’aurore,

                Les poussières de lune tissent les mâts rosés

                De vos grands lits d’ivoire.

                Et dans vos vagues chaudes,

                S’épousent des fleurs de sable 

                Sous l’étreinte moirée des soleils ondulants

                Jusqu’à l’extase sublimée,

                Jusqu’à l’onde mythique craquelée d’azur.

                Et vos flots crépitants

                Dans cet océan de murmures où se fige la vie,

                Dansent au pourpre des limons,

                Dénouant leurs chevelures de braise

                Dans la blondeur charnelle enlacée,

                Abreuvant les jarres des puits oubliés

                Aux sources du Monde…

     

                                                                           Anne-Marie Vergnes

     

     

    JUIN 2015 : LUMIÈRE(S)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vertige

    Comme Phénix aux ailes de feu
    Tu inondes le ciel de ta lumière
    Pareille à cet oiseau fabuleux
    Tu décores les nuées de tes éclairs

    Te rapprochant plus encore des étoiles
    Tu dardes l'espace de tes flammes dorées
    Jetant sur le monde un étincelant voile
    Illuminant ainsi océans et vallées

    Maîtresse éternelle de mes nuits
    Que tu embrases de tes chaudes couleurs
    J'aime te voir danser avec la pluie
    Dont chacune des gouttes reflète tes rougeurs

    Pyromane de la voûte céleste
    Et de toutes les terres où se fige
    Ce que tu frappes, comme la peste :
    Ô toi Fulgure, qui me donnes le vertige !

    Lorsque j'observe les gerbes que tu lances
    Tel un ardent soleil projetant ses rayons
    Au milieu des nuages qui s'avancent
    Au-dessus d'un monde... en perdition !

    Richard MAGGIORE

     

    JUIN 2015 : LUMIÈRE(S)

     

     

     

     

     

    Bien le bonjour l'artiste 

     

    Le bel astre du jour dans mon oeil s'incrustant,

    Un savant médecin je m'en vais consultant,

     

    Heureusement chaussé de ses lunettes noires,

    Il s'empare aussitôt de ses fameux grimoires,

     

    Ecoutons bien l'avis du sage praticien

    Avec la ferveur d'un rigoureux cistericien.

     

    « Mon ami, me dit-il, un peu de patience,

    Et ne faites pas fi de ma vaste science,

     

    Je n'ai jamais rien vu d'aussi blond et vermeil

    Logé dans un regard : ce rayon de soleil ! »

     

    Le docteur courageux se mit alors en quête,

    D'en faire sans tarder sa plus belle conquête.

     

    En extrayant hélas cet astre radieux,

    Foudroyé sur le champ, il monta dans les cieux.

     

    S'il vous arrive aussi, de voir cette lumière

    Dans le fond de votre oeil, nul besoin d'infirmière,

     

    Demandez au soleil d'entrer dans votre coeur

    Pour bien le colorer, aux teintes du bonheur,

     

    Accueillez le toujours comme un bon aubergiste,

    En lui disant heureux : bien le bonjour l'artiste !

     

    Georges Lafon

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires