• 1er PRIX POÉSIE CLASSIQUE

    1er Prix Poésie Classique

    LE VIEIL ORGANISTE

    Dans la rue aux pavés mouillés
    Que bordent d'antiques masures
    Résonnent les grêles mesures
    D'un orgue aux accents éraillés.

    C'est un instrument d'un autre âge.
    Il est branlant. Presque effacé
    Son décor jadis vernissé
    Evoque un brumeux paysage.

    Le pauvre homme qui résigné
    Tourne en tremblant sa manivelle
    Rafistola d'une ficelle
    Son vieux buffet de châtaignier.

    De ses deux soufflets asthmatiques
    De son cylindre aux clous cuivrés
    Peinant par ses tuyaux ouvrés
    S'égrènent des sons nostalgiques.

    Ils parlent des jours d'autrefois
    Quand on goûtait sous les tonnelles
    Sur des promesses éternelles
    Un frais pichet de vin d'Arbois.

    Que de calicots, de lingères
    Dans la fraîcheur de leurs vingt ans
    Ont fredonné quelques printemps
    Ces refrains aux notes légères.

    Le ciel semblait alors plus bleu
    Imaginant d'autres croisières
    On canotait sur les rivières
    Rêvant de Joinville à Saint-Leu.

    Tendres instants d'insouciance
    Liés à de lointains accords
    Vous vibrez et reprenez corps
    Le temps d'une brève romance.

    Les ombres ont fui. Le chemin
    S'est estompé. Seule persiste
    La larme du vieil organiste
    Qu'il essuie au dos de sa main.

    Roland-Pierre HUGUET

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :